dimanche 18 novembre 2018

Noël et perles à repasser...




    Bonjour!

  Je sais, il y a très (trop) longtemps que je n'ai rien posté. Pas faute de coudre, hein! mais ma production est très aléatoire depuis le début de l'année et je n'ai pas souvent de photographe à portée de main. Donc en attendant de trouver une âme charitable pour prendre en photo mes charmants bourrelets habillés de vêtements faits maison, je vous présente des bricoles. 

  Pour commencer, voici le contenu du calendrier de l'Avent de Gremlin n°1 (n°2 n'aura que des chocolats pour l'instant, on verra quand elle sera un peu plus grande pour lui mettre des choses autres que comestibles). Les calendriers que je vais utiliser cette année sont de vieux calendriers donnés par ma Môman, ils ont servi quand Coxii et moi étions petites. Vieux mais très jolis, ce serait dommage de les laisser dans un sac.

  Gremlin n°1, donc, est en ce moment passionnée par les dessins en perles à repasser. Son ambition actuelle étant de fabriquer des décorations de Noël, j'ai cherché des modèles, sur Pinterest, notamment. Je suis tombée sur les motifs de point de croix du site Busy Bobbins et j'ai décidé de garnir chaque case avec un motif qui sera, une fois réalisé, suspendu au sapin. L'idée ayant ravi l'intéressée, j'ai reporté les motifs sur du papier quadrillé. Et un calendrier qui ne coûte presque rien, un!








  Je reviens bientôt avec des bijoux, du macramé et je l'espère, mes cousettes.

    Bonne soirée!




dimanche 3 juin 2018

Java Small



    Bonjour,


  Je ne viens plus beaucoup par ici (même si j'ai plusieurs articles en attente des photos qui vont avec, mais comme ce sont des vêtements, il me faut un photographe... ça va venir, promis!) mais je continue de coudre. 
  Je me suis laissée tenter par plusieurs modèles de chez Sacôtin. Le premier que j'ai réalisé, c'est le sac Java, version Small. En tant que maman, je transporte ma vie, voire plus, dans mon sac à main et ce modèle de taille généreuse est parfait.
  Le patron est juste impeccable : très bien expliqué, impossible de se rater malgré les difficultés qu'il comporte (poches extérieures, fermeture éclair, finitions).
  Je l'ai réalisé avec des chutes : simili cuir bordeaux déjà utilisé ici et , cotonnade rose (utilisée pour un combishort Marieke de Ikatee réalisé pour ma fille, jamais publié sur le blog mais posté sur Instagram) et ma bonne vieille gabardine noire (je ne m'en lasse pas), le tout provenant de chez Mondial Tissus. Les finitions de la fermeture éclair sont faites avec des anneaux en D et des mousquetons, et il y a aussi des pieds de sac (invisibles, mais ils sont bien là!), qui proviennent de chez Rascol.

La joie des lumières foireuses sur les photos... La couleur du similicuir est celle de la deuxième photo.



Java Small - Sacôtin



Le détail qui tue #1 : les poches zippées extérieures



Al'intérieur, une poche zippée et deux poches plaquées



Suspendu



Le détail qui tue #2 : la finition des extrémités de la fermeture éclair



La doublure a un peu débordé sur sur les poches extérieures, à cause de la
différence de souplesse entre les deux tissus, mais finalement, j'aime bien.




  A venir, un jour peut-être si j'y arrive... : deux versions de Givre et une Zéphyr de Deer&Doe, déjà cousues, les articles sont écrits, ne manquent que les photos. Egalement en cours de réalisation une Belladone, un Complice de Sacôtin et une robe Burda pour un cosplay. Plein de choses, avec un peu de chance ça viendra bientôt...

    Bonne journée!




dimanche 8 avril 2018

Photo




    Bonjour!

  J'ai reçu un super cadeau d'anniversaire en avance : un appareil photo hybride. 






  Pour le protéger, j'ai cousu une sacoche. J'ai trouvé un tuto chez Du bruit dans le placard qui correspondait à peu près à ce que je cherchais. Mon appareil est plus petit que le sien mais le look de sa sacoche me plaisait beaucoup, et garder les dimensions qu'elle donne m'a permis de caser le chargeur de batterie dedans. J'ai donc reproduit le gabarit, mais j'ai fait le montage à ma sauce. J'ai découpé dans du molleton et dans du Jeffytex (molleton rigide) le gabarit tel quel. J'ai choisi pour l'extérieur la bonne vieille gabardine noire de chez Mondial Tissus que j'utilise pour presque tous mes sacs et pour l'intérieur un reste de coton imprimé hiboux de chez Buttinette déjà utilisé ici et ici, et j'y ai découpé le gabarit en ajoutant des marges de 1 cm.

  J'ai ensuite cousu la bande de sangle qui maintient les boucles pour la bandoulière (dans le tuto, elle parle de gros grain, mais j'ai utilisé la même sangle et polyester que pour la bandoulière). Puis j'ai collé le Jeffytex sur le tissu extérieur et le molleton sur le tissu intérieur, puis j'ai rabattu les marges. Je les ai superposés envers contre envers, maintenus avec des pinces, et j'ai surpiqué les pliures à la machine. Puis j'ai cousu tout le tour à la main au point de feston avec du fil de lin au chinois. J'ai assemblé les bords pour former la boîte, toujours au point de feston.

  J'ai ajouté la bandoulière avec une boucle coulissante et un fermoir de type cartable, ainsi que deux cales en mousse (la même mousse que pour le fond de berceau) recouvertes de tissu hiboux, et voilà!




Extérieur (oui, je sais, elle est déjà sale,
mais cette fioutue gabardine ramasse les poils de chat et
le moindre mouton plus vite que son ombre...)
Intérieur - un espace pour l'objectif de l'appareil,
et un autre pour le chargeur de batterie - les cales sont amovibles,
je range comme je veux ;P
Avec le chargeur de batterie...
... et avec l'appareil.




  J'ai plein de projets dans les tuyaux, plusieurs articles déjà écrits mais qui attendent leurs photos (je sais, maintenant je n'ai plus d'excuses... à part celle qu'il est difficile de prendre des photos de soi toute seule - Coxii, si tu me lis, ceci est un message pas subliminal du tout!)


    A très bientôt!




lundi 19 février 2018

Cuir



     Bonjour!

  Malgré des journées bien remplies, j'ai trouvé un moment pour bricoler un peu. Ça faisait longtemps que je voulais tester le travail du cuir et j'avais acheté dans ce but des chutes au kilo chez Buttinette et un kit de travail du cuir sur Amazon. J'ai cousu une pochette pour mes dés de jeu de rôle dans l'une de ces chutes. J'ai trouvé sur Youtube un tuto pour le point de sellier.







  J'adore le résultat, un peu brut et tout a fait cohérent avec le jeu auquel je joue. Je ne me lancerai probablement pas dans la couture de pièces plus grosses ou plus complexe, car cela demande pas mal de poigne. En revanche, je compte bien réaliser d'autres petites pièces. Pour commencer, une autre pochette pour les dés de C&T...

A bientôt j'espère!






lundi 12 février 2018

En absence...



    Bonjour!

  Je ne sais pas s'il y a encore quelqu'un par ici... j'ai honte, j'ai encore laissé ce blog prendre la poussière. Et ça va durer encore un peu. Je prépare un concours, mes souvenirs de maths et de français reviennent de loin, et je ne trouve plus le temps de coudre. Ce n'est pas l'envie qui m'en manque pourtant...
  Promis, je n'ai pas abandonné ma page, elle est juste mise en standby au moins jusqu'à ce que les premières épreuves soient passées. En plus j'ai plein de choses à raconter et de sujets à aborder, alors rendez-vous bientôt, promis, si ça vous dit!

    Bonne journée!


samedi 9 décembre 2017

Douleur




    Bonsoir,


  A tous ceux que mes états d'âmes n'intéressent pas : passez votre chemin. Je n'attends pas de compassion, je ne veux pas non plus de commentaires négatifs, ils seront supprimés car je ne cherche pas à ouvrir un débat, j'ai juste besoin d'extérioriser un peu ce que je garde généralement pour moi.

  Cet article fait écho à celui de Stéphanie. Elle parle de maltraitance médicale. Je n'ai rien vécu d'aussi violent qu'elle, mais lire son expérience a provoqué chez moi le besoin de donner une suite à mon article "Invisible", ou je vous ai raconté l'incompréhension des proches ou moins proches face à un handicap sans manifestation visible.

  Stéphanie parle de la douleur. La douleur, je connais bien. Je vis avec depuis bientôt 4 ans. Au début, ma rhumato de l'époque (adorable, douce, compréhensive et tout ce qu'on espère d'un médecin, et c'est là que mon expérience diffère de celle de Stéphanie), après avoir diagnostiqué cette fichue maladie qu'est la polyarthrite rhumatoïde, me propose un antidouleur, que j'ai vite arrêté car il me shootait mais ne me soulageait en rien. Puis me rassure : "on va ajuster votre dosage (celui du traitement de fond), vous verrez, ça ira mieux". Certes, ça va mieux, les poussées sont moins intenses, moins fréquentes. En cas de douleur intense, j'ai des anti-inflammatoires pour calmer la poussée et... du paracétamol. LOL!

  Et puis, avec mon mari, nous décidons d'avoir un deuxième enfant. J'arrête mon traitement, qui est incompatible avec la grossesse. Je tombe enceinte en avril 2016. Et là : je respire! La grossesse et ses hormones "étouffent" la PR et JE N'AI PLUS MAL!!!! Plus mal du tout. Puis j'accouche. Et la PR revient. Je reprends mon traitement, avec une nouvelle rhumato (changement de région oblige) tout aussi gentille que la première. Mais même avec un traitement adapté, un dosage ajusté, une gestion des poussées qui se fait de plus en plus facilement, je ne retrouve pas cette sensation que j'ai eu durant la grossesse. Et c'est une remarque de mon mari qui me fait mettre le doigt sur le problème. Il est allé chez le médecin pour une tendinite à l'épaule. Traitement classique : anti-inflammatoires. Et deux jours après, il me dit "c'est bizarre, j'ai pas vraiment mal, mais c'est comme si j'étais rouillé, j'arrive pas à bouger comme je veux" et là, j'ai un une révélation et la réponse est sortie toute seule : bienvenue dans mon monde. Même quand je n'ai "pas mal", j'ai les doigts "rouillé", je suis perpétuellement gênée. En fait, même quand je n'ai "pas mal", j'ai mal. Une douleur sourde, lancinante, pas agressive, mais permanente. Alors je serre les dents. Littéralement. C'est l'ostéopathe qui me l'a fait remarquer. Je lui ai dit que j'avais mal à la mâchoire, et en essayant d'y remédier, elle me dit "c'est normal, vous serrez les dents". A cause de la douleur...

  Depuis qu'elle me l'a dit je fais attention. Je me rends compte quand je serre les dents et du coup je m'oblige à les desserrer. J'ai aussi trouvé deux "parades" relatives à ma douleur. La première, c'est Sylou29 qui me l'a donnée il y a quelques temps, lors d'un échange de mails : une mixture d'huile à l'arnica et d'huile essentielle de gaulthérie à appliquer en massage qui est autant, voire plus efficace que les anti-inflammatoires. La deuxième, c'est le sport. Je ne l'explique pas, mais depuis que j'ai repris le sport en septembre, j'ai moins mal, ou tout du moins, je gère mieux la douleur. J'ai appris récemment que certains médecins prescrivent du sport et que les effets sont de plus en plus reconnus (la preuve, la dernière "pub" de l'Assurance Maladie pour le mouvement contre le mal de dos).
  Tout ça ne fait qu'atténuer la douleur. Mais c'est toujours ça de pris. En attendant, et pour revenir à l'article de Stéphanie, avoir des médecins, généralistes et spécialistes, qui écoutent est indispensable. Son expérience est horrible et j'ai de la chance d'être toujours tombée sur des praticiens adorables. Mais le problème c'est que, aussi gentils soient-il, ils ne vivent pas ma douleur, et ne peuvent qu'essayer d'imaginer. 

  Si vous êtes arrivés au bout de cet article, j'espère ne pas vous avoir ennuyés...


    Bonne soirée




dimanche 5 novembre 2017

Luzerne





    Bonjour!


  Oui, je sais, ça fait trop longtemps... Mais c'était pour la bonne cause. 

  Encore un patron Deer&Doe. Le trench Luzerne m'a tapé dans l’œil dès sa sortie, et l'existence du PDF avec les tailles allant jusqu'au 52 a achevé de me convaincre.

  A savoir avant de foncer tête baissée : le patron est de niveau 5/5 soit niveau "expert"! Et ça se comprend. Ce manteau n'est pas doublé, mais il comporte de très nombreux détails minutieux, tels que les marges entièrement gansées de biais, les boutonnières et poches passepoilées, la plupart des coutures surpiquées, les manches tailleur et les ourlets invisibles. Par dessus le marché, il comporte pas moins d'une soixantaine de pièces.

  Je ne me considère pas comme une experte, loin de là, mais j'adore les détails qui demandent de la patience et de la minutie. En revanche, si vous aimez les projets qui sont rapides à terminer, passez votre chemin : j'ai passé au bas mot 25 heures sur ce trench, et même avec toute la patience du monde, je peux vous garantir qu'à la fin je ne pouvais plus le voir en peinture.



Trench Luzerne (Deer&Doe)



  
 Après ce long préambule, entrons dans le vif du sujet. J'ai coupé la taille 48, comme d'habitude chez Deer&Doe. Les seules modifications que j'ai apportée, ce sont la longueur de la jupe (les patrons sont prévus pour une stature de 1,68m et je mesure 1,54m... J'ai donc d'office raccourci la jupe de 10cm) et l'emplacement des pattes des manches (je les ai alignées sur le repère de haut au lieu de les mettre entre les repères pour pouvoir faire un plus grand ourlet de manche).

  Eléonore et Camille préconisent un tissu sergé non extensible de 224g/m² : gabardine, twill, etc... J'ai choisi une gabardine (légèrement extensible - ouh, la rebelle!) beige foncé et des boutons métalliques de chez Rascol. Le biais provient du marché -5€ les 3 bobines de 5m-  et le fil gris foncé de chez Buttinette. 
  Attention : dans les instructions, il est demandé 3,50m de tissu en 150cm de large, et 10m de biais. Si la mesure de tissu est largement suffisante (j'avais prévu 4m, il m'en reste pratiquement 1), en revanche les 10m de biais sont vraiment nécessaires. Si vous faites comme moi et que vous poussez le vice à ganser les marges des manches (ce qui n'est pas prévu au départ), il vous faudra au moins 2m de plus. 
  J'ai aussi photocopié plusieurs pièces, car certaines sont en quadruple exemplaire et plier le tissu ne suffit pas. Il faut donc bien vérifier qu'on a le compte (d'où ma décision de prévoir 50cm de plus, au cas ou je doive recouper).



De dos



  La coupe est nickel. Attention cependant, si vous êtes grande, il vous faudra peut-être descendre la taille de quelques centimètres. 



La ceinture, le passant, l'empiècement

La patte de manche

Le col

Les boutonnières

Les coutures gansées de biais


  Les quelques difficultés rencontrées : les boutonnières passepoilées étaient une première pour moi, j'ai passé un temps fou dessus, mais les explications sont limpides et les surpiqûres sont plus difficiles à aligner sur un tissu extensible donc plus souple que préconisé (ça se voit notamment sur la photo de la patte de manche...). Sinon, rien d'insurmontable si on est patient et minutieux, car les explications sont claires et détaillées.

  La séance photo fut épique. Il y a un fort mistral ici ces jours-ci... comme dirait Coxii, ça donne de la vie aux photos!
 


Ceinture dénouée...

Face au vent


  Et pour terminer, nos amis les cygnes! 



Plage des cygnes, Balade des familles, Marignane


  A bientôt, j'espère...